Comment améliorer la fertilité des juments ?

Comme chaque année au moment du printemps et des jours qui s’allongent, les juments recommencent à avoir leurs cycles mensuels, période de reproduction. Certaines d’entre elles y seront plus sensibles que d’autres, présentant des gênes, voire des douleurs, donc des attitudes de défense ou de rétivité au travail. Pour les juments vouées à l’élevage, là encore, toutes ne seront pas égales quant à leur degré de fertilité, mais des solutions existent pour améliorer cette dernière. 

À compter de deux ans et jusqu’à la fin de leur vie, les juments connaissent chaque année un temps propice à la reproduction passé la période hivernale, appelée « anœstrus », où l’appareil génital est au repos. L’allongement des jours va ainsi impacter sur les hormones reproductrices des juments. En effet, lorsque l’œil capte la lumière, il génère une action positive sur une partie du cerveau appelée épiphyse. Cette dernière va alors freiner la sécrétion de mélatonine – l’hormone du sommeil – et l’hypothalamus va produire davantage de GnRH (Gonadotropin Releasing Hormone), hormone stimulant les ovaires. De fait, les cycles de reproduction peuvent démarrer…

Le fonctionnement du cycle reproducteur​

De mars à octobre, ces cycles vont progressivement se mettre en place sur des périodes d’environ vingt et un jours. Deux phases s’y succèdent : l’œstrus et le diœstrus. Lors de la phase du diœstrus, comptant environ seize jours, un corps jaune se développe sur l’ovaire et produit de la progestérone, hormone propice à l’accueil et au développement de l’embryon. Au bout de seize jours environ, si elle n’est pas gestante, l’utérus envoie un signal à l’ovaire pour détruire le corps jaune et arrêter la production de progestérone. En réaction, on observe une forte production d’œstrogène, qui va enclencher la phase de croissance folliculaire avec une ovulation : l’œstrus. 

C’est pendant cette période, qui dure environ cinq jours, que la jument est fécondable. Pendant cette phase, couramment appelé « chaleurs », le col de l’utérus s’ouvre face à l’augmentation d’œstrogènes. ​

De fait il y a un renforcement de l’immunité et l’utérus de la jument se prépare ainsi à lutter contre d’éventuels microbes importés lors de l’insémination ou de la saillie naturelle afin d’éviter une infection. La nature est bien faite. Et c’est en général au 4e jour des chaleurs que la jument ovule. Lorsque l’ovule est libéré, il descend alors dans l’utérus pour rencontrer un éventuel spermatozoïde et former un embryon… Si la jument est fécondée, l’embryon descend se loger dans l’utérus et envoie un signal pour prévenir de sa présence. De fait, l’utérus n’enverra plus le signal aux ovaires demandant de détruire le corps jaune. Ce dernier restera intact, générant de la progestérone. Les chaleurs seront stoppées et la gestation ira à terme…  

Une fertilité fragile

Pour autant, une mauvaise alimentation, un manque d’ensoleillement naturel, une suractivité sportive, un stress important (des transports, par exemple), ou des causes génétiques peuvent freiner la bonne fertilité des juments. D’autre part, certaines peuvent souffrir de problèmes hormonaux au niveau des ovaires se traduisant par des humeurs, notamment à cause de la douleur ou de la gêne occasionnée. On les appelle les juments « pisseuses ». 

 

Des solutions pour booster la fertilité

Heureusement, des gestes simples existent pour favoriser la fertilité des juments. L’alimentation est ainsi la base d’une bonne santé, d’un bon moral et donc… d’une meilleure fertilité. En effet, un certain apport en gras, et notamment en bon cholestérol, est nécessaire à la stimulation des hormones sexuelles. De plus, la mise en extérieur des juments favorise un bien-être, donc une baisse du stress, et un meilleur accès à la luminosité naturelle, essentielle aux cycles de reproduction. Enfin, des solutions naturelles, type compléments alimentaires, peuvent également aider la jument à mieux vivre ses chaleurs et à gagner en fertilité en renforçant son système naturel de reproduction.


 

Pour accompagner les chevaux à la reproduction, PaskaCheval propose une gamme complète pour préparer la jument et optimiser sa fécondité. 

Notre équipe d’experts sur le terrain se tient à votre disposition pour vous conseiller.

A découvrir

FECONTONIC
Optimiser la fécondité
  • OVULTONIC
    PRÉPARATION A L’OVULATION
  • OVULTONIC Flash
    PRÉPARATION A L'OVULATION
  • METRATONIC
    PRÉPARATION A LA REPRODUCTION