Dermite estivale : les risques et moyens de la prévenir

Chez un équidé sur dix, l’arrivée du printemps coïncide chaque année avec le retour d’une maladie inflammatoire chronique de la peau : la dermite. Derrière cette maladie saisonnière, également connue sous le nom de Dermatite Estivale Récidivante des Équidés ou DERE, se cache une réaction allergique. Elle se traduit chez le cheval par d’intenses démangeaisons.

Qu’est-ce que la dermite estivale ?

dermite estivale DERE sur croupe cheval au preRépandue partout en France, la dermite estivale fait partie des affections de la peau les plus fréquentes chez le cheval. Sa réapparition tous les ans aux beaux jours est à mettre en relation avec la présence d’insectes piqueurs, et notamment de moucherons du genre Culicoïdes, particulièrement actifs en extérieur entre avril et octobre, lorsque les températures s’étendent entre 15 et 35°C. La salive injectée par l’insecte en cas de piqûre entraîne en effet chez certains équidés hypersensibles une forte réaction allergique. Un cercle vicieux s’installe alors, celui des démangeaisons et d’une folle envie de se gratter.

Les premiers symptômes de la dermite peuvent apparaître chez des jeunes chevaux, dès l’âge de deux ans, avec le risque qu’ils s’intensifient au fil des années, voire même que la maladie s’exprime toute l’année. Si toutes les races peuvent être touchées, certaines semblent y être plus prédisposées car plus hypersensibles aux allergènes, et ce de manière génétique et héréditaire : Pur-Sang, Arabe, Frison, Islandais, Trait Breton, Shire, Connemara, Shetland, Welsh. La DERE est une affection non contagieuse. Il faut savoir qu’elle est impossible à éliminer lorsqu’elle s’est installée.

Quels sont les risques liés à la dermite estivale ?

La dermite estivale est une affection dite prurigineuse : elle cause chez le cheval de très fortes démangeaisons. Plusieurs stades d’évolution sont observables. Tout commence par l’apparition de petits boutons rouges, des papules, situés au niveau des zones de piqûres. Assez peu visibles à cause des poils et des crins, ces boutons vont vite disparaître car le cheval va commencer à se gratter fort. Petit à petit, la crinière et la queue sont ébouriffées, dégarnies, et les crins se cassent. Plus les démangeaisons s’intensifient, plus des lésions et des plaies peuvent apparaître et risquer de s’infecter. La peau peut alors s’épaissir et se plisser. Sur certaines zones, les poils ne repoussent plus. Généralement, les zones les plus touchées sont la base de la queue, la croupe, l’encolure et le garrot.

Comment prévenir et traiter la dermite ?

dermite estivale DERE sur criniere cheval au preIl n’existe pas de traitement ni de protocole précis contre la dermite estivale. Toutefois, plusieurs actions sont recommandées pour prévenir l’apparition des insectes, mais aussi pour soulager le cheval et soigner les lésions localement.

Pour lutter contre les insectes, le premier réflexe consiste à offrir aux chevaux vivant en extérieur un abris ouvert avec de l’ombre, en évitant les herbages situés dans des zones trop humides et les créneaux horaires pendant lesquels les insectes piqueurs sont les plus actifs (17h-23h). Pour limiter les piqûres, il peut être conseillé d’équiper les chevaux de masques anti-mouches et de chemises adaptées, et d’utiliser des produits insectifuges et insecticides sous forme de gel ou de spray. L’utilisation de compléments contribuant à stimuler le système immunitaire pourra être un atout dans la gestion de cette problématique.

Si lésions il y a, il sera recommandé d’appliquer localement des produits antiseptiques, apaisants et cicatrisants. Pour des cas plus prononcés, l’avis d‘un vétérinaire peut être de mise et il se pourrait qu’il prescrive temporairement des anti-inflammatoires stéroïdiens (corticoïdes) ou d’autres traitements.

 

Si la dermite n’est pas une maladie mortelle, ni contagieuse, elle est toutefois très handicapante pour le cheval. La prévention est de mise pour lutter contre cette maladie chronique. Il faudra agir sur les conditions de vie du cheval et surtout, limiter les attaques d’insectes et soulager au maximum le cheval en cas de démangeaisons par des soins locaux.

 

PASKACHEVAL propose plusieurs produits naturels pour prévenir et agir sur la dermite estivale : la gamme d’insectifuges à base de pyrèthre végétal PASKA’FLY ou encore la gamme NATURA’DERM pour contribuer à réduire la réaction allergique et favoriser la repousse du poil. Retrouvez-les chez votre distributeur le plus proche.

 

A découvrir

NATURADERM
Favorise la cicatrisation
  • NATURADERM Liquide
    Qualité de la peau
  • PASKAFLY Gel
    Gel insectifuge
  • SUMMER SHAMPOING
    Eclat & brillance
  • PASKADOUCE
    Favorise la cicatrisation