Ulcères chez le cheval : connaître, comprendre et prévenir

Les ulcères gastriques font partie des troubles digestifs les plus courants chez le cheval, et notamment chez les chevaux athlètes. Favorisés par plusieurs facteurs comme le stress, l’entraînement intensif, l’alimentation ou encore le mode de vie, ces maux de ventre peuvent s’installer et détériorer petit à petit l’estomac du cheval.

Les ulcères, c’est quoi exactement ?

anatomie estomac cheval ulcere gastriqueLes ulcères désignent des lésions de la muqueuse de l’estomac. Ils sont de taille et de profondeur variables. Ils sont la conséquence d’un déséquilibre dans la sécrétion d’acide gastrique. S’il est nécessaire au processus de digestion des aliments, cet acide chlorhydrique a un effet corrosif sur la muqueuse gastrique dès lors que sa production n’est pas bien régulée par le mucus et par les aliments. Faute de protection suffisante, l’estomac subit un phénomène d’érosion dans un premier temps, avant que ne se forment des lésions plus profondes et plus graves sur sa muqueuse : on parle alors d’ulcères.

Il existe plusieurs formes et plusieurs stades d’ulcères. Les lésions « squameuses primaires » sont les plus courantes chez les chevaux de course et de sport. Des cas plus critiques, avec anémies et péritonites, peuvent être possibles.

Quels sont les symptômes des ulcères ?

Il n’existe pas un seul et même symptôme mais une multitude de symptômes potentiellement observables chez le cheval. Les ulcères se traduisent souvent par une baisse de l’état général, de l’abattement et par des troubles digestifs comme des coliques. Le cheval présente des signes d’inconfort, voire de douleur, en particulier après les repas. Des changements de comportement, des grincements de dents, et une baisse des performances sportives peuvent également être observés. A savoir, la tolérance aux ulcères est variable, il peut arriver que certains chevaux touchés ne présentent peu ou pas de symptômes visibles.

Comment prévenir et traiter efficacement les ulcères ?

Les ulcères font partie de ces pathologies souvent liées au mode de vie des chevaux. Prévenir leur apparition passe donc d’abord par la mise en place d’une alimentation adaptée et de mesures diététiques de manière à limiter les facteurs de risque : prévoir des petits repas de concentrés à heures fixes, éviter les périodes de jeûne, distribuer du foin à volonté, préférer la mise au pré si possible et limiter les situations de stress. La vermifugation régulière est également recommandée afin d’éviter la présence de gastérophiles dans l’estomac.

Une gastroscopie pourra être réalisée de manière à visualiser directement les ulcères dans l’estomac. Une fois le diagnostic posé, traiter un cheval atteint d’ulcères consiste à diminuer l’acidité gastrique de l’estomac et réduire l’irritation des muqueuses. Comment ? En utilisant des traitements anti-acides, des pansements gastriques, des inhibiteurs de la pompe à protons, ou encore des compléments alimentaires à base d’Aloe vera et d’autres ingrédients. Le traitement dépendra du stade de la pathologie et des préconisations vétérinaires.

Pour accompagner les chevaux sujets aux ulcères, PASKACHEVAL propose PASKASTOMAC, un complément sous forme de poudre spécialement conçu pour soutenir l’estomac grâce à une formulation complexe à base de pectine, d’argile, de bicarbonate de sodium, d’Aloe vera et de prébiotiques.

A découvrir

PASKASTOMAC
CONFORT GASTRIQUE
  • SANTOS
    EQUILIBRE DE LA FLORE DIGESTIVE
  • FLOR'CONTROL
    Seringue pour le soutien digestif